Un tour de cheville

Guillaume Levil - France - 12mn

Séléction : 2015 - Brut Spécial

Guillaume Levil est un réalisateur phare du Cinémabrut, il nous propose un film chaque année, et souvent il a un prix, tout cela a commencé en 2009 avec le Dictionnaire de l’Amour fourbe  (Brut d’Or) qui résume dans son titre les obsessions de Levil : l’amour, la fourberie.

Pour cet opus, l’amour est celui d’un homme pour une femme, enfin deux, mais surtout une à laquelle il a décidé d’offrir un bijou, preuve de son attachement. Mais tout ne se passe pas exactement comme prévu, la fourberie passant par là, les états d’âmes du personnage principal changent de saveur tandis que l’histoire se révèle…

Entretien avec Guillaume Levil (2015)

1/ Pourquoi avoir choisi de raconter cette histoire en particulier? Quelle était votre intention?

Parce que l’homme est fourbe, l’homme est lâche, et parfois, il faut le rappeler. Aussi, je suis un spectateur. Il n’y a pas assez de petits chiens qui courent sans raison dans le cinéma français. Je suis convaincu qu’au lieu de se plaindre, il faut agir. Donc, j’ai agit, et j’ai fait un film avec des chiens qui courent sans raison.

2/ Comment avez-vous financé votre projet? (participation des acteurs locaux, des régions, racket des parents, hypothèque des maisons des amis, échanges de participation contre heures de ménages etc…  )

J’ai tourné comme souvent dans ma ville natale, Digne-les-Bains, alors déjà on ne paie ni bouffe ni toit pour les 25 personnes du tournage, tout est offert par nos amis les commerçants !! J’ai un peu l’aide du CG 04 et de la mairie, parce qu’ils ont compris que s’ils ne nous donnaient pas quelques rares billets, on irait ailleurs. Bon après, ça s’arrête à une ade d’association toute menue, mais au moins mon argent personnel s’évapore un peu moins. Sinon… ben je travaille, quoi.

3/ Anecdote(s) sur le film (trucs bien galère, histoires d’amour, chiffres étonnants, anecdotes capillaires…)

J’ai fait un casting pour les chiens. J’en ai vu 12. A l’origine, il n’y avait qu’un chien dans le scénario, mais j’ai été faible, parce que je suis un homme, et finalement j’en ai choisi 3, impossible de m’en détacher. Et puis, à la ferme où on a tourné avec l’un des chiens, il y avait son ami le cochon nain, et là aussi, j’ai été faible, mais j’aimerais bien vous y voir.

Ce film n’est pas sur internet, mais tenez vous au courant, peut-être bientôt une projection!

Laisser un commentaire