Erratum 2037

Les Ben Brothers - France - 78mn

Séléction : 2017 - Brut d’Or du long-métage

Lorsque 2 ados reçoivent un message du futur, c’est la porte ouverte à toutes les failles spatio-temporelles. Un cinéma d’aventure inventif et créatif pour un résultat digne des productions Amblin des 80’s mais réalisé par des kids. L’émergence d’une nouvelle fratrie Brut après les frères Denis et les frères Guit ? Jouissif.

Elie, Johann et Emilien Benoît – Photo @Nicolas Tramier

Entrevue avec Emilien à propos d’Erratum 2037 :

Au début du projet, Elie avait 12 ans, Johann 19 ans et moi 23 ans. Aujourd’hui, 5 ans après, Elie est lycéen, Johann a une formation d’animateur en cinéma d’animation à La Cambre et je suis comédien (formé à l’école Claude Mathieu à Paris). Tout est tourné dans des villages du Maine-et-Loire, à part quelques effets spéciaux conçus à Bruxelles, à La Cambre. Les acteurs d’Erratum sont presque tous des amateurs choisi parmi nos amis, les membres de notre famille et nos voisins…

Mes frères et moi avons acheté notre première caméra en 2005 et nous avons commencé par faire des petits films pour nous amuser, souvent avec notre petit frère Elie dans le rôle principal (sauf quand les acteurs étaient des playmobiles). Après avoir revu Retour vers le futur en 2012, nous avons eu envie de faire un court métrage avec des voyages temporels. On s’est renseigné sur les avancées en matière de voyage temporel et on a lu un article expliquant que des traders utilisaient déjà des accélérateurs de photons pour acheter des actions 1/25000e de seconde avant que leur cours soit annoncé. On avait la trame principale, un détournement de fond via une machine temporelle…

Le problème c’est qu’on tournait comme on avait toujours fait : sans scénario complet, avec seulement des bribes, dans le désordre, et que les premières scènes tournées supposaient une intrigue trop complexe pour tenir dans les 15 minutes initialement prévues… Et plus on écrivait, plus ça se complexifiait, plus le tournage et le film se rallongeaient. Sans compter que nous nous sommes imposé des exigences du type :

  • – « Aucun effet spécial en image de synthèse, parce que les effets spéciaux ça avait plus de classe dans les années 70-80″,
  • – « La partie dans le présent se passe en été, celle dans le futur en hiver »
  • – « On tournera cette scène dans la brume. Quoi ça demande plusieurs jours de tournage ? Eh bah on attendra la brume ! »
  • – « Cette scène aura lieu sous une pluie de billets de cents… » « – Incrustés en post-prod ? » « – Non. »

Et des éclairs de génie du types :

  • – « -La séquence qu’on vient d’effacer sur la carte SD… on l’a bien transférée sur le disque dur ? » « – Oh merde ! »
  • – « – Les gars, comment on fixe la caméra sur la steady-cam ? » « – Avec le fixateur qui est… euh… resté sur le lieu de tournage de la semaine dernière ».
  • – « – Batterie chargée ? » « -Yep » « – Carte SD ? » « – Bah je comprends pas je l’avais laissé dans l’escalier »
  • – « On va retourner cette scène et puis fin de tournage pour toi Elie… Mais tu t’es coupé les cheveux ? » – « Bah oui vous m’avez dit que c’était fini les gars ! »

Mais heureusement, aussi des coups de chance du type :

– « -Ça va encore nous coûter une blinde ces courses à Bricomarché ! » « -Ouais… Mais pourquoi y a personne ? » « -Ah c’est un horaire de fermeture… Mais les employés ont dû oublier de bloquer la porte automatique avant d’aller manger… » « -Voler ça se fait pas » « -Oui mon petit frangin mais on n’a pas de sous et Bricomarché appartient à un connard capitaliste comme Boldenberg ! » (Boldenberg c’est un personnage de notre film).

La musique du film

Nous n’avons jamais rencontré Phil Garbutt, le compositeur d’Erratum 2037, en chair et en os. Nous l’avons engagé sur un forum de compositeur de musique (compositeur.org) et depuis, nous n’avons communiqué que par Skype. Nous avons retravaillé ensemble pour notre tout nouveau court métrage, toujours sans se voir. Nous nous rencontrerons pour la première fois la semaine prochaine au festival Cinémabrut !

Les Effets Spéciaux

Johann a été le principal créateur des effets spéciaux, nous on faisait ce qu’il nous disait la plupart du temps. La plupart des effets spéciaux ont été créés sur fond vert en extérieur, et dans la chambre d’Elie ou dans l’ancien atelier de notre père pour les maquettes.

Plan de l’éclair dans l’ordinateur

Le plan du câble USB a été tourné en deux fois : l’intérieur de l’ordi, puis l’extérieur. D’abord on a créé la maquette de l’intérieur l’ordi. Nous avons relié une clé USB et la caméra avec de la pâte à modeler. Nous avons fait avancer la clé et la caméra ensemble image par image vers la maquette.
Pour les éclairs, on a utilisé une mini-lampe qu’on a agitée devant la caméra en très longue exposition.
Pour la deuxième partie (à l’extérieur de l’ordi) on a rentré la clé (toujours reliée à la caméra) dans une entrée USB de l’ordinateur, puis on l’a retirée. Au montage on a inversé l’image pour donner l’impression que la clé rentre dans l’ordi.

Le tunnel futuriste

La maquette du tunnel où passent les voitures volantes a été construite en deux blocs reliés en haut par des lamelles transparentes en plastique (ce qui nous permettait d’éclairer d’en haut). La maquette n’est pas immense mais Johann a eu l’idée de mettre un miroir à l’arrière et un miroir sans teint à l’avant pour que les deux se reflètent mutuellement, ce qui donne l’impression d’un tunnel infini.

L’explosion de Tibert

Au moment ou Tibert explose, on a reproduit à l’identique en miniature le couloir dans lequel il se trouve et on a créé une figurine de lui à l’échelle. Pour ce plan il y a eu 7 calques différents :

  1. 1)Léo qui se retourne (tourné sur fond vert).
  2. 2)Le reflet de Léo dans la porte vitrée qui se referme (fond vert).
  3. 3)Le décor de derrière qui se reflète dans la port vitrée (maquette).
  4. 4)La porte vitrée qui se referme (maquette).
  5. 5)Les éclaboussures de sang sur la porte vitrée (faits sur une autre vitre)
  6. 6) Le vrai couloir avec le vrai Tibert.
  7. 7)La maquette du couloir avec la figurine de Tibert qui explose.
L’arrivée de la moto du futur futur

On ne savait pas comment faire rentrer la moto volante dans le champs. On voulait qu’on comprenne tout de suite qu’elle débarquait d’un autre monde ! Je voulais qu’elle sorte d’une tornade mais là Johann ne voyait pas trop comment faire sans image de synthèse. Du coup on a essayé de fabriquer des nuages noirs sur fond vert (en déposant de la peinture noire à la surface de l’eau dans un bocal) pour les incruster dans le ciel et en faire sortir la moto. Ça marchait pas top alors on a eu l’idée de faire tourbillonner l’eau avec une cuillère puis de déposer ensuite la peinture pile au milieu du tourbillon pour qu’elle s’y infiltre. C’était pas mal mais ça allait trop vite alors on l’a tourné au ralenti et finalement on a eu notre tornade sans image de synthèse !

On voulait absolument le finir ce film ! Après 4 ans, nous avons enfin sorti Erratum 2037 ! On a surtout tourné pendant nos vacances ce qui explique que ça aie prit autant de temps… Nous l’avons diffusé d’abord sur un grand écran éphémère… chez nos parents, puis dans une médiathèque, un ranch, un camping, un collège, deux lycées… et désormais à l’Etoile Lilas dans le cadre du festival Cinémabrut !!!

Le Film entier est disponible en DVD, pour le commander envoyez un message sur leur page Facebook !

La BA du FILM

 

Laisser un commentaire