Bad Black

Nabwana I.G.G. - Ouganda - 70mn

Séléction : 2017 - Brut Spécial

OFNI à voir absolument pour y croire !!! This is Uganda !!! Supa Action from Wakaliwood !!!
Issu de l’union du cinéma ougandais avec un fils d’Hollywood parti en Afrique on ne sait trop pourquoi, ce film d’action généreux en baffe nous dépayse tout en nous éclatant à la face à coup d’ingéniosité, de fureur, et d’humour ultra référencé.
Brut à mort, c’est une référence sur comment faire un long-métrage sans argent tout en transformant cette contrainte en point fort.

Alan Hofmanis et un Ebola Hunter / photo @Nicolas Tramier

BAD BLACK, quand un médecin affable, incarné par le producteur de Wakaliwood Alan Hofmanis, est entraîné à l’art du revenge commando par un enfant du guetto répondant au nom de Wesley Snipes dans le but de récupérer un héritage familial volé par le gang le plus craint d’Ouganda !

Bienvenue à Wakaliwood : Là où se trouvent « da best of da best movies! » l’avant-garde du cinéma d’action commando DIY. Sous la direction du scénariste/réalisateur/producteur Nabwana Isaac Godfrey Geoffrerey (IGG), cette bande déjantée d’autodidactes en fabrication de films, aficionados de Kung Fu, comptent pas moins d’une quarantaine de films à leur actif tous plus exhubérants et hilarants les uns que les autres, tous situés dans le guetto en périphérie de Kampala, pour un budget moyen de 200$ par films!
Les éléments du décor, hélicoptères inclus, sont fabriqués à partir de tôles et ferrailles récupérées, les ordis sont d’un autre temps, Wakaliwood abandonne les exigences habituelles de production pour insuffler à ses films plus de coeur et d’inspiration que des milliers de blockbuster Hollywoodien n’en auront jamais !

Wakaliwood c’est 130 acteurs, cascadeurs, spécialistes d’arts martiaux, accessoiristes, maquilleurs et techniciens qui voyagent partout en Ouganda pour produire des films d’action et construire une industrie cinématographique autochtone. Toutes ces bonnes volontés se rencontrent toutes les 2 semaines pour tourner, fabriquer les décors, préparer les futurs projets et vendre leurs DVDs sur les marchés locaux.

Le réalisateur autodidacte Nabwana Isaac Godfrey Geoffrey’s (IGG) vit grâce à son métier d’enseignant, il a créé Ramon Film Productions (tiré des prénoms compilés de ses 2 grands-mères Rachel et Monica qui l’ont protégé pendant la guerre civile Ougandaise) basé dans sa maison qu’il partage avec sa femme et co-monteuse, Harriet, et leurs 3 enfants. Malgré le fait que IGG soit le plus connu et le plus prolifique des réaliateurs ougandais, que les trailers de ses films affichent des centaines de milliers de vues, la plupart des films eux mêmes restent largement confidentiels en dehors des bidonsvilles africains.

IGG tourne en Luganda, le dialecte des Bugandas, la plus importante des communautés Ougandaises. Comme il est souvent d’usage en Ouganda, ses films sont projetés avec un VJ en live qu’on pourrait décrire comme un mix d’acteur, narrateur cheerleader et guide touristique de guetto.

IGG a récemment ajouté l’option « ST Ang » à ses DVD à la demande des classes ougandaises plus élevées qui commencent à s’intéresser à ses films.

Malgré ce parcours hors du commun, IGG Nabwana n’est jamais allé dans une salle de cinéma.

La Bande Annonce !

Laisser un commentaire